Hélène Fauchère - Artiste Lyrique

Actualités 2017

SMC Lausanne - 18 décembre 2017 - Lausanne - "Duo Fussenegger / Fauchère"
Contrechamps - 17 octobre 2017 - Genève - "Made in Japan"
Louth contemporary music society - 23 juin 2017 - Dundalk Ireland
Lemanic Modern Ensemble - 24 avril 2017 - Genève - Kyburz, "Still and again"
Lemanic Modern Ensemble - 01 avril 2017 - Genève, Festival Archipel

The Wire Reviews Jürg Frey's I Listened to the Wind Again, Silenzio June 2017, louthcms.org:


"The night begins with "As Imperceptibly As Grief", a setting of an Emily Dickinson poem for Hélène Fauchère as solo soprano. The 25 minute piece is tigltly circumscribed, its movements made only by degrees. The demands on Fauchère are intense, and there are long stretches of silence sometimes broken only by the quietest of notes. Slowly, the range expands, and the power of Fauchère's voice comes into its own. This music situates a phenomenal tension in the slightest of gestures, and there is certainly an expectation of concentration, but the overall impression is not harsh or bewildering. The silences form a shade into which the music casts itself - dappled, mysterious, dramatic; a "light escape / Into the Beautiful", as Dickinson puts it."

Bruno Serrou à propos de "E la vita si cerca dentro di sé..." de William Blank, Festival L'Archipel 2017 :


"Retour à l’Alhambra voisin pour le concert suivant, qui a indéniablement constitué un véritable événement. Occasion d’entendre l’excellent Lemanic Modern Ensemble, formation genevoise fondée en 2007 par le compositeur vaudois William Blank. [...]L’œuvre met en musique deux poètes italiens que quatre siècles séparent, quatre poèmes du Tasse (1544-1595) et trois poèmes de Mario Luzi (1914-2005) qu’elle alterne. Trois instruments solistes, le piano, la harpe, la percussion émergent de l’ensemble qui présentent des figures musicales que les autres instruments reprennent et déploient à la façon d’un chœur, faisant écho et commentant le chant de la brillante soprano française Hélène Fauchère."

Forum Opera, à propos des Turbulences vocales du 21 janvier 2017 à la Philharmonie de Paris :


"Vito Žuraj n'est pas très connu en France, et c'est bien dommage. Originaire de Slovénie et principalement actif en Allemagne et en Autriche, le compositeur nous a concocté une farce musicale ubuesque épatante pour conclure cette deuxième partie. Dans Ubuquité que nous écoutions en création de la version française (réinstrumentée au passage), le narrateur nous invite à un tour du monde où s'enchainent listes, jeux de mots et blagues plus ou moins graveleuses. Le style est polymorphe, allant piocher dans le jazz, lorgnant sur les Mysteries of the Macabre d'un certain Ligeti et se référant explicitement au travail sur les citations de Bernd Alois Zimmermann (lui-même cité, tant dans la musique que dans le texte). Pour cette pièce, nous retrouvons Hélène Fauchère en forme olympique. Epaulée par un Pintscher précis et incisif, elle interprète cette musique protéiforme avec une aisance vocale et un jeu de scène à en faire pâlir une Barbara Hannigan."

Resmusica, à propos des Turbulences vocales du 21 janvier 2017 à la Philharmonie de Paris :

"De Beat Furrer, Lotófagos I (2006) convoque une voix de soprano (Hélène Fauchère) et la contrebasse de Nicolas Crosse autour d’un texte, celui de José Angel Valente. Lotófagos qui veut dire Mangeurs de lotus, est une scène extraite de son opéra Wüstenbuch. Le titre fait référence aux compagnons d’Ulysse qui avalaient les plantes aquatiques pour oublier : « Nous étions dans un désert, confrontés à notre propre image que nous n’avions pas reconnue » […]Le texte est, là encore, incompréhensible car fragmenté, déconstruit et réduit à quelques phonèmes sur lesquels s’instaure le jeu fusionnel autant que tendu entre les deux partenaires superbement investis."

Accents | Le webmag de l'ensemble intercontemporain | Entretien avec Hélène Fauchère